• Recherche
Comprendre les dates : cinq erreurs communes à éviter
Comprendre les dates : cinq erreurs communes à éviter

Il est important de non seulement enregistrer les événements clés de la vie de nos ancêtres, mais aussi la date à laquelle chaque événement est survenu.

Généralement dans la majorité des cas les sources indiquent les dates d’un événement. Par exemple, pour un décès, nous pouvons trouver la date du décès dans le certificat de décès, sur la pierre tombale, dans la notice nécrologique d’un journal, et le testament. Cependant, il faut tenir compte du fait que les dates données ont été documentée en utilisant le calendrier et le mode de datation correspondant au lieu géographique où l’événement a eu lieu, et pas forcément le calendrier et mode de datation familier au chercheur. Ne pas prendre en compte le contexte d’origine d’un événement ou d’un document peut entraîner des erreurs dans la compréhension d’un événement.

Voici ci-dessous les cinq erreurs les plus courantes dans l’interprétation des dates, ainsi que quelques suggestions quant à la façon dont ces erreurs peuvent être évitées ou corrigées.

  1. Ne pas reconnaître et convertir les dates juliennes en dates grégoriennes

Le calendrier grégorien a été introduit par le pape Grégoire XIII en 1582, à Venise, en remplacement de l’ancien calendrier julien. L’apport du nouveau calendrier est la façon dont les jours bissextiles sont calculés et ajoutés, de sorte que la durée d’une année civile moyenne est mieux adaptée à la longueur de l’année solaire, assurant ainsi que les fêtes religieuses chrétiennes fussent célébrées au bon moment.

Le calendrier grégorien a été adopté progressivement. La France, l’Espagne et le Portugal sont les premiers à l’avoir adopté en 1582. La plupart des pays protestants, cependant, ne l’ont pas accepté avant le XVIIIème siècle (par exemple, la Grande-Bretagne et ses colonies en 1752) et certains pays ne l’ont pas adopté avant le début du XXème siècle (par exemple la Russie en 1918).

« Le mariage a eu lieu aujourd’hui, le 7 juillet 1903, de Szmelka Kurland … à Sura Rozenbaum … » Ceci est un extrait d’un acte de mariage issu dans la ville de Miecho, en Pologne. Ainsi, selon le calendrier local le mariage a eu lieu le 7 juillet, 1903. Cependant, pour interpréter cela correctement, nous devons savoir qu’en 1903, Miechow était située dans la province de Kielce faisant partie de l’Empire russe, et que la Russie utilisait encore le calendrier julien à cette époque. Il y a plusieurs convertisseurs en ligne. Cela donne la date grégorienne correspondante, utilisée par la plupart des autres pays en 1903 : 20 juillet 1903 (soit 13 jours plus tard).

Si vous avez des ancêtres dans votre arbre aux provenances diverses, il est recommandé d’entrer la date principale d’un événement selon le calendrier grégorien, mais aussi de noter la date originale selon le calendrier julien s’il y a lieu.

Une autre erreur commune dans la compréhension du calendrier julien est de supposer que le premier jour de la nouvelle année (c’est-à-dire le jour où l’année a changé) était le 1er janvier. Souvent, ce n’était pas le cas. Par exemple, en Angleterre et dans ses colonies, entre 1155 et 1751, chaque nouvelle année a commencé le 25 mars ! Ainsi, par exemple, en Angleterre, le jour après le 31 décembre 1749 était le 1er janvier 1749. Et le jour après le 24 mars 1749 était le 25 mars 1750.

Ceci est illustré par la liste des sépultures de Norwich, Norfolk, en Angleterre de l’année 1749, enregistrée sur les registres de l’évêché de Norfolk (consultables sur MyHeritage). Les entrées de sépulture sont insérées selon l’ordre chronologique et montrent correctement l’enterrement d’Anne, l’épouse de James Goodbody, le 27 novembre 1749 avant l’enterrement de Bridget Howman qui a été enterrée le 12 janvier 1749.

Il convient de noter que les dates entre le 1er janvier et le 24 mars ont été parfois écrites en « dates doubles », par exemple « Le 17 février 1745/6 » (1745 étant l’année julienne) et certains généalogistes préfèrent écrire les dates juliennes dans ce double format de date.

  1. Ne pas comprendre les dates d’autres calendriers spéciaux / religieux

Selon les époques et selon les endroits, beaucoup de calendriers différents, autres que ceux julien et grégorien, ont été utilisés.

Par exemple, à partir de fin 1793 et jusqu’en 1805 le calendrier républicain ou révolutionnaire était en usage en France. L’un des objectifs était d’éliminer les influences religieuses dans le calendrier. Chaque semaine avait 10 jours avec le dixième jour de chaque semaine comme jour de repos et fête. Chaque mois avait trois semaines, et il y avait 12 mois dans une année. En outre, à la fin de chaque année, vers la mi-septembre, cinq ou six jours de festivités supplémentaires avaient été ajoutés pour faire en sorte que l’année comporte 365 ou 366 jours. Le contexte est donc important; si vous avez un document en français de cette période, il sera alors important de convertir la date républicaine en date grégorienne pour faciliter la compréhension. Il existe plusieurs convertisseurs dont un dans Family Tree Builder de MyHeritage.

De même, certaines religions ont leur propre calendrier. Par exemple, il y a le calendrier islamique ou musulman qui est un calendrier lunaire comprenant douze mois de 29 ou 30 jours pour une année de 354 jours. Contrairement à beaucoup d’autres calendriers, il n’y a aucune tentative de garder les fêtes dans la même saison chaque année. Par conséquent, chaque année, les fêtes et les dates musulmans surviennent environ 11 jours plus tôt que l’année précédente par rapport au calendrier grégorien.

Le calendrier hébreu ou juif est un calendrier luni-solaire. Les mois lunaires ont 29 ou 30 jours. Cependant, contrairement au calendrier musulman, tous les deux ou trois ans, un mois intercalaire est inséré dans l’année afin que les fêtes juives surviennent au cours de la même saison chaque année. Il est important de savoir que chaque jour du calendrier hébreu commence à la nuit tombée et dure environ 24 heures, si un événement débute lors d’une soirée, il est enregistré avec la date hébraïque de la journée qui suit.

L’inscription en hébreu sur la pierre tombale ci-dessus mentionne que l’honorable Iser fils de Tzemach, est mort le premier jour de la semaine [dimanche] 13 Sivan dans l’année [5]684. Cette date hébraïque peut ensuite être convertie en date grégorienne du 15 juin 1924 en utilisant le convertisseur dans Family Tree Builder, ou les convertisseurs de date disponibles en ligne.

  1. Confondre la date d’un événement avec la date à laquelle l’événement a été enregistré ou signalé

Les événements sont souvent officiellement enregistrés à une date ultérieure à l’événement même. Par exemple, en Angleterre, il y a une période de six semaines après une naissance au cours de laquelle la naissance doit être enregistrée. Aussi les index des naissances anglaises pour la période 1837-1983 ont été organisés par trimestre (voir ci-dessous).

Donc, l’entrée de naissance pour HARRIS, Kevin M., qui apparaît dans le registre pour janvier, février et mars 1954, pourrait bien se référer à une naissance survenue au cours des six dernières semaines de l’année 1953 (et peut-être même plus tôt si l’enregistrement ne fut pas effectué dans le délai des six semaines requises). Donc, ce serait une erreur de conclure que la naissance a eu lieu en 1954. Pour le savoir il faut consulter le certificat de naissance complet qui, bien sûr, mentionne la date effective de la naissance.

  1. Supposer que les dates dans un document ont été enregistrées avec précision

Les documents peuvent contenir des erreurs de date. Il peut y avoir des erreurs si celui qui a fourni l’information n’a jamais su la date précise d’un événement ou si sa mémoire a failli. Dans une telle situation, la date est approximative. Cela se produit fréquemment sur les certificats de décès lorsque la date de naissance de la personne décédée est requise et que l’informateur ne connaît que l’âge approximatif.

De même l’information peut avoir été délibérément falsifiée. Par exemple, si une personne voulait se marier contre la volonté de ses parents, mais n’avait pas encore atteint l’âge requis, et falsifiait pour cette raison son âge ou sa date de naissance.

Les erreurs peuvent également survenir  s’il y a eu un malentendu entre la personne qui enregistre les informations et celle qui la donne.

Par conséquent, les dates et les âges dans un document, devraient idéalement être recoupés avec d’autres sources indépendantes.

  1. Ne pas tenir compte du format de datation américain

Si vos recherches vous amènent à consulter des documents américains… « Elizabeth Green est né le 12.11.1904. » Les Américains vont  comprendre qu’il s’agit du 11 décembre 1904. Alors que nous allons penser que cette personne est née le 12 novembre 1904. Une seule date peut être correcte ! Le contexte du document original mais aussi le contexte d’une éventuelle transcription aideront à déterminer s’il s’agit du 11 décembre ou du 12 novembre. Cherchez d’autres dates dans le même document pour voir comment elles sont enregistrées. Si vous repérez une autre date inscrite comme, par exemple, le 7.13.1925, vous saurez ainsi, puisque 13 ne peut être que le jour et non le mois que la date correspond au mode de datation américain mm.jj.aaaa. Elizabeth Green est donc née le 11 décembre 1904. Cependant, si vous repérez la date suivante 13.7.1925 alors vous pourrez en déduire que le premier chiffre est le jour, et que par conséquent Elizabeth Green est née le 12 novembre 1904.

Résumé

Regardez le contexte original de l’événement et, idéalement, le document dans lequel il a été enregistré en premier afin d’éviter les erreurs de compréhension.

Pour confirmer une date, en particulier là où il peut y avoir un doute sur l’exactitude ou l’interprétation, essayez toujours de trouver un ou plusieurs autres documents indépendants portant sur le même événement.

Lors de l’enregistrement des dates dans vos dossiers, si vous standardisez une date selon un calendrier standard moderne, notez toujours tous les changements que vous avez faits avec les détails sur la façon dont la date a été écrite et, si possible, insérez une image du texte original. Ceci peut être facilement effectué en entrant un fait dans votre arbre généalogique sur MyHeritage.

URL is copied to your clipboard.