• Arbre généalogique
Comment éviter les erreurs communes en généalogie

Jennifer Mendelsohn

Comment éviter les erreurs communes en généalogie

Dire que la disponibilité des documents en ligne a révolutionné la généalogie serait un euphémisme. Il n’y a pas si longtemps, cela pouvait prendre des mois, voire des années, pour rassembler le genre d’informations que vous pouvez maintenant trouver au cours d’un après-midi passé à naviguer en ligne, en sirotant un café à votre bureau. Les fiches de recensement, les actes de naissance, les photographies, les naturalisations – tout cela est disponible, parfois littéralement en un seul clic.

Mais cet accès facile n’est pas sans inconvénient. Pour les nouveaux généalogistes, aller en ligne pour la première fois peut être comme visiter un buffet somptueux, débordant de mets alléchants. La bonne nouvelle est qu’il y en a beaucoup. La mauvaise nouvelle est qu’il est facile de trop remplir son assiette et de finir par se sentir malade. C’est presque (oserais-je le dire ?) comme si l’accès en ligne avait rendu tout trop facile. Quand il n’y avait pas beaucoup d’informations facilement disponibles – quand vous deviez vous rendre dans des archives ou dans une bibliothèque pour trouver des documents – il y avait moins de possibilités de remplir votre arbre avec des informations erronées. Ces jours-ci, il y a tellement de choses disponibles qu’il est extraordinairement tentant d’aspirer toutes les Smart Matches et Record Matches offertes en ligne et de les lier à votre arbre. Poof ! Vous venez de remonter jusqu’à Charlemagne !

Si seulement c’était aussi simple.

Un grand arbre avec des milliers de personnes peut sembler impressionnant en apparence, mais quand l’arbre est rempli d’informations non fiables, et avec des gens qui ne sont pas vraiment liés à vous, quel est l’avantage ?

Alors, comment pouvez-vous remplir votre arbre avec des informations correctes ?

Les généalogistes professionnels ont des normes claires sur la façon dont ils mènent leurs recherches. La bible professionnelle connue sous le nom de « Standards généalogiques », publiée par le Board for Certification of Genealogists, présente un protocole en cinq points connu sous le nom de « Norme de preuve généalogique ». Et, bien qu’il puisse être irréaliste de s’attendre à ce que chaque utilisateur occasionnel travaillant sur un arbre généalogique en ligne puisse être tenu à cette norme professionnelle, cela vaut la peine de s’attarder sur ces standards de preuve généalogique et voir ce que les débutants peuvent en retirer.

  1. Effectuez une recherche raisonnablement exhaustive :

Cela signifie que vous devez épuiser, dans la mesure du possible, toutes les possibilités de trouver l’information que vous recherchez, ce qui signifie également se familiariser avec les documents qui sont disponibles et où les trouver. Pour qui débute sur MyHeritage, il est important de comprendre que MyHeritage a plus de 9 milliards de données, et que vous êtes presque certain de trouver ce que vous cherchez, mais tous les documents dont vous avez besoin ne seront pas en ligne.

Les gens supposent souvent à tort que tout ce dont ils ont besoin va apparaître quand ils cliquent sur « Rechercher toutes les données », ce qui les amène à faire des erreurs : si une recherche renvoie à un document qui semble être celui qu’ils cherchent, ils supposent qu’il doit s’agir du bon parce qu’ils ne savent pas que le bon document n’est tout simplement pas indexé ou disponible en ligne.

Si vous cherchez l’acte de naissance de votre arrière-grand-père John Williams, que vous pensez être né à New York en 1907, vous ne pouvez tout simplement pas accepter que le premier acte de naissance que vous voyez avec ce nom et cette année est le bon. Parce qu’il pourrait y avoir trois, voire 13 ou 30 John Williams nés à New York cette année-là. Quelles informations spécifiques – les noms des parents ? le lieu de naissance des parents ? l’adresse ? la date de naissance ? – correspond à des informations précédemment confirmées sur votre John Williams et suggère qu’un document spécifique devrait être ajouté à votre arbre ?

  1. Utilisez des citations de sources complètes et précises :

Record for Albert Einstein found in Ellis Island and other New York Passenger Lists, 1820–1957, from MyHeritage SuperSearch™.

Vous devez simplement indiquer d’où proviennent vos informations et utiliser des sources crédibles. Quiconque regarde votre arbre devrait être capable de répliquer votre recherche, et de trouver les mêmes informations.

Pour les débutants, il est essentiel de rappeler que les arbres des autres utilisateurs ne sont pas nécessairement considérés comme des sources crédibles. Les débutants ont tendance à être un peu trop rapides à confirmer les Smart Matches des arbres d’autres personnes. Peut-être que cette personne a déjà effectué la lourde tâche de reconstruire des branches éloignées de votre famille. En confirmant, toutes ces nouvelles personnes seront automatiquement ajoutées dans votre arbre, ce qui peut être gratifiant. Mais cela signifie parfois que vous importez et intégrez involontairement de nombreuses erreurs dans le processus.

Rappelez-vous que les arbres sont aussi bons que leurs créateurs. Certains valent la peine d’être copiés et d’autres non. Évaluer à quel point l’information dans l’arbre de l’autre utilisateur est bonne. Les sources sont-elles bien notées ? L’arbre est-il cohérent ? Le créateur a-t-il un lien légitime avec la famille en question ?

  1.  Effectuer une analyse approfondie et prouver la corrélation :

Nous voici donc au moment où vous analysez l’information que vous avez trouvée. À quel point les sources sont-elles bonnes ? Quelle est la fiabilité des informations qu’elles contiennent ? Comment ces informations ont-t-elles été obtenues et par qui ? Quelles sont les prochaines étapes de la recherche ou les conclusions que vous en tirez ?

Si vous utilisez les informations d’un acte de décès, par exemple, pensez à qui l’a rempli. Un conjoint peut être une source plus fiable pour le nom des parents de son défunt partenaire – qu’il pourrait avoir connu – qu’un enfant né après leur décès. Un acte de décès rempli par un employée est moins fiable que celui rempli par un membre de la famille. Et les informations sur un acte de décès, souvent remplies par des membres de la famille en deuil, sont généralement moins susceptibles d’être fiables que les informations figurant sur un acte de naissance.

  1. Faites la part des informations conflictuelles :

Cela arrive à tout le monde d’être confronté à des informations qui ne collent pas : dans un recensement, votre arrière-arrière-grand-père serait né en Suisse en 1835 ; dans le suivant, il serait né à New York en 1838. Vous devez réfléchir et décider lequel est correct – peut-être que c’est une prépondérance de preuves suggérant qu’il était suisse, y compris par exemple, un document de naturalisation montrant une adresse que vous avez confirmée comme étant la sienne. Vous ne pouvez pas décider de façon crédible si vous n’avez pas résolu ces conflits.

  1.  Inclure une conclusion écrite raisonnée et cohérente :

Quel est le résultat de tout ce que vous avez trouvé ? Comment êtes-vous arrivé, à partir de tous les éléments de preuve, aux conclusions que vous avez faites ? Les généalogistes professionnels lient le tout ensemble. Documenter votre raisonnement élimine la possibilité d’entériner une idée préconçue, ou le risque de ne pas prendre en compte toutes les preuves.

Does the GPS seem daunting? Are your eyes glazing over? That’s OK.

Même si vous n’êtes pas un généalogiste professionnel et que vous n’avez pas l’intention de le devenir, une chose simple que vous pouvez faire en travaillant sur votre arbre est d’utiliser ce qu’on pourrait appeler la Norme du Bon Sens : Lorsque vous analysez des documents, soyez particulièrement sceptique avant d’ajouter des informations à votre arbre. Les familles, pour la plupart, suivent généralement des lignes de bon sens. Ainsi devrait être votre arbre. Bien sûr, parfois les familles ont des circonstances extraordinaires, mais c’est l’exception, pas la règle.

Il y a un principe utilisé dans la science appelé le rasoir d’Ockham selon lequel l’explication la plus probable pour quelque chose est la plus simple et la moins compliquée. J’aime pratiquer quelque chose que j’appelle « la généalogie du rasoir d’Ockham ». Lorsque vous évaluez des options généalogiques, vous devez vous rappeler que souvent la réponse la moins alambiquée est la bonne. Cela signifie que vous devez faire attention à la chronologie et à la géographie de base, ce qui ne devrait pas être difficile.

Je ne peux pas croire que je vais dire cela, mais après avoir vu beaucoup d’arbres au cours des années, je dois le dire : Les enfants ne peuvent pas naître avant leurs parents. Et vous ne pouvez pas émigrer dans un nouveau pays avant de naître ou servir dans l’armée après votre mort. Je sais, je sais, c’est fou, non ? Mais avant d’ajouter Mary Farnsworth (née en 1788) et Josiah William Elliott (né en 1785) comme les parents de Josiah William Elliott Jr. (né en 1777), arrêtez-vous et prenez un moment. Ce n’est tout simplement pas possible.

De même, rappelez-vous les limites de la biologie humaine. Un homme ne peut pas avoir un enfant lorsqu’il a 10 ans. Une mère ne peut pas avoir 90 ans quand elle accouche, en dépit des histoires bibliques. Les frères et sœurs ne peuvent être séparés de quatre mois. Bien sûr, les gens se déplacent, mais ils n’ont généralement pas d’enfants nés sur trois continents différents en trois ans. Si Jacob et Ida Rosenstein ont eu des enfants nés à Jitomir en Ukraine en 1891, 1893 et ​​1897 et 1899, vous devriez être sceptique quant à l’idée que leur fils Hyman est né en Argentine en 1896, et vous ne devriez certainement pas l’inclure dans votre arbre à moins que vous ayez des preuves irréfutables. Et, si une prépondérance de preuve suggère que l’année de naissance de quelqu’un est 1910 ou 1911, il est hautement improbable qu’un certificat de décès pour une personne née en 1927 soit la même personne, alors réfléchissez longuement avant de l’inclure dans votre arbre. Ça a l’air idiot, non ? Mais vous seriez étonné du nombre de fois où j’ai vu des arbres avec exactement ce genre d’erreurs flagrantes.

La bonne nouvelle pour les débutants est que MyHeritage a une fonction intégrée appelée le Vérificateur de Cohérence qui peut éliminer de nombreuses erreurs de bon sens presque sans effort. Accédez au Vérificateur de cohérence dans le menu déroulant sous « Arbre » sur la page d’accueil de MyHeritage. Il identifiera automatiquement ces types d’erreurs (des femmes qui sont nées 70 ans avant leurs maris, des personnes marquées comme vivantes à 130 ans, ou des parents nés après leurs enfants) et peut parfois les corriger en un simple clic.

Vérificateur de cohérence de l’arbre en ligne de MyHeritage (Cliquer pour agrandir)

Alors la prochaine fois que vous vous asseyez pour travailler sur votre arbre, essayez de changer votre état d’esprit. Au lieu d’être un gouffre d’informations, d’aspirer tous les documents sur votre chemin, pensez à vous comme à un gardien de l’information : Soyez sceptique, et ne laissez aucune information arriver dans votre arbre avant de vraiment confirmer ce qui mérite de l’être.

URL is copied to your clipboard.